P1210349  C'est sûr, à plusieurs reprises, ces derniers jours, j'ai douté. Tout le monde s'agitait partout, autour, dehors, sur les ondes, dans le poste, sur le net, tout le monde préparait les festivités, accumulait les paquets, remplissait les caddies, comptait les heures. Et nous ... ? J'ai douté de nos choix. J'ai même eu peur de la solitude, un peu.

Et puis, soudain, le 24 décembre a été là, c'était le moment. La journée a glissé lente et douce, un  peu comme un jour ordinaire, un peu comme un jour tendu vers l'attente. A la tombée de la nuit, la maison s'est agitée, surtout du côté de la cuisine.
Tandis que notre petit festin prenait forme, chacune a choisi un objet de décoration et l'a placé où elle le souhaitait sur notre table que nous avions décidée rouge et blanche, formant un ensemble à la fois harmonieux et hétéroclite.
Nous avons réveillonné en écoutant des chants sacrés et en parlant beaucoup d'un fameux traineau qui allait pouvoir se poser en douceur tant la neige était abondante dehors, et d'un fameux Père Noël qui allait devoir faire preuve d'imagination pour entrer dans notre maison dépourvue de cheminée. Les enfants ont placé leurs chaussons blancs sous le sapin et ont préparé une collation pour les rennes et le vieux bonhomme. Elles se sont couchées avec des étoiles plein les yeux et cette nuit, quand on a entendu un grand bruit sur le toit, juste après que MissLou m'a demandé de me coucher pour ne pas déranger le Père Noël, nous avons été fort impressionnées.
Au réveil, les enfants, qui pourtant n'avaient attendu que ça, n'en crurent pas leurs yeux de voir des cadeaux sous le sapin et des miettes dans l'assiette. MissLou a eu les yeux brillants en découvrant dans un paquet la fée qu'elle voulait tant qu'elle n'avait pas osé la demander ; MamzelleLilise a trouvé un avion pour compléter sa collection et s'envoler en imagination pour de nombreuses heures encore. Noël a coulé ainsi, de magie en surprise, d'émerveillement enfantin en attendrissement des grands enfants que nous sommes. Nous avons pris notre temps, nous avons profité d'être ensemble, tout simplement. Car pour nous, c'est d'abord ça, Noël, ce bonheur simple de croire à la magie des choses, de se laisser porter par nos rêves et d'être bien ensemble. Et tant pis si on s'écarte un peu du chemin, tant pis si on n'a pas envie du moule des grandes tablées. Sentiment rare pour moi s'il en est, aujourd'hui, je me suis sentie à ma place, dans la bonne vie, et, un temps au moins, je n'ai plus douté.